Éditos 18/19

par Pascal Thévenot, Bruno Drevon et Joël Gunzburger

Une nouvelle saison culturelle s’ouvre sur Vélizy- Villacoublay… La programmation marque notre volonté d’ouvrir cette belle scène et ce centre d’art au plus grand nombre et de satisfaire les Véliziennes et Véliziens.
L’Onde est un lieu de convivialité et de rencontres d’univers aussi différents que variés. André Malraux disait : « la culture ne s’hérite pas, elle se conquiert ».
C’est la raison pour laquelle la ville de Vélizy-Villacoublay, par une politique tarifaire avantageuse, permet à chacun de s’offrir les plus belles places de l’Onde. Le dynamisme de Vélizy-Villacoublay repose sur le développement de ses entreprises et de ses associations. Ainsi, l’Onde a créé un club d’entreprises, afin de leur permettre de devenir acteurs du Vélizy-Villacoublay de demain. À travers des rencontres informelles, ils profitent de la renommée de l’Onde et de la qualité de sa programmation, et en font un atout dans leurs relations avec leurs partenaires et leurs clients.
L’Onde, équipement culturel connu et reconnu, profite de notre intégration dans Versailles Grand Parc, pour étendre ses partenariats et ses collaborations avec les communes de notre agglomération (Festival Electrochic, spectacles en partenariat à la Cour Roland…), devenant un lieu d’expression et de culture incontournable, en s’appuyant sur un centre d’art avant-gardiste et toujours plus créatif. L’Onde est en passe de devenir une scène conventionnée d’intérêt national et le processus de labellisation du Centre d’art est enclenché. Ces deux appellations participent à sa reconnaissance artistique, culturelle et professionnelle au niveau national.
Nous voulons que l’Onde soit à l’image de Vélizy-Villacoublay : un lieu où il fait bon vivre !
Je vous souhaite, à toutes et à tous, une agréable découverte.
Très belle année culturelle.
-
Pascal Thévenot
Maire de Vélizy-Villacoublay

 

L’Onde a 15 ans !
Le 30 juin 2003, Robert Hossein inaugurait l’Onde Théâtre Centre d’art de Vélizy-Villacoublay, après l’ouverture des locaux aux Véliziens le 21 mars aux sons des instruments de Anne Gastinel, David Grimal et Philippe Cassard. Depuis son inauguration, l’Onde développe avec la même abnégation l’ouverture de la culture au plus grand nombre dans le but d’éveiller la curiosité de tous. Une culture nourrie par la découverte des formes artistiques originales, vivantes et contemporaines. Une culture qui élargit nos perceptions du monde par-delà les informations formatées et sensationnelles, pour une meilleure intelligence du mouvement, celui qui nous emporte individuellement dans le courant de la grande histoire collective.
Cette mission rigoureuse s’est poursuivie années après années en direction de toutes les classes d’âges, de toutes les classes sociales, comme en direction des publics éloignés (en situation de handicap, défavorisés...).
À ce titre, cette ambition est saluée par un conventionnement avec l’État qui entre en vigueur en 2018 ! C’est la reconnaissance du travail artistique soutenu depuis la création de l’Onde par quatre présidents et trois directeurs.
Ensemble, spectateurs ou artistes, d’un jour ou de toujours, venus du coin de la rue ou du bout du monde, nous pouvons participer à la création d’un avenir éclairé et exigeant. Partageons l’Onde avec ceux qui ne connaissent pas encore ce lieu de plaisir, d’émotion, d’étonnement, de convivialité et d’intelligence collective.
L’Onde a 15 ans et est ouverte à la vie.
-
Bruno Drevon
Adjoint au Maire, chargé de la culture et des relations internationales
Président de l’Onde

 

Comment composer une programmation savoureuse en prenant en compte un public éclectique, l’envie de toucher de nouveaux spectateurs et de satisfaire les fidèles, de faire venir les jeunes de 18 à 30 ans, de susciter l’intérêt de tous et l’enthousiasme du plus grand nombre, sans jamais bouder son plaisir de programmateur. C’est ainsi, le directeur de théâtre est tiraillé sans cesse entre ses élans personnels et un certain altruisme, un désir parfois égoïste d’inviter des artistes à son image sans se soucier des autres, de se laisser aller à de folles pensées comme par exemple une saison entièrement consacrée à la scène internationale, peu importe la langue… comme un plat bien épicé. Faire une programmation réussie, c’est une histoire de cuisine et de passion. Il n’y a pas une recette. Il y a des recettes, de l’imagination, la recherche de nouveaux parfums, un tour de main et, évidemment, l’amour du métier.
Le succès repose toujours sur la qualité des produits et une bonne proportion des ingrédients. Il faut équilibrer les propositions : du théâtre, de la danse,
du cirque et des formes hybrides, de la variété, de l’humour, du jazz, un zeste de musique savante… ni plus, ni moins.
Alors, aux fourneaux.
L’Onde est comme une cuisine royalement équipée, parfaitement organisée. Les petites mains s’affairent, les brigades se coordonnent, les chefs de rang organisent la salle. En cuisine comme en art, les plats se mettent en scène, s’agrémentent de couleurs et de reliefs. C’est le goût inaltérable du travail bien fait qui bat la mesure, l’envie immuable de partager qui mène la danse. Le rideau se lève. J’espère que la saison passée vous a mis en appétit et que vous savourerez cette nouvelle proposition. Pour les petits et les grands, les habitués et les nouveaux venus, amoureux de la scène et férus d’arts plastiques, chacun trouvera selon son goût.
Voici le menu.
-
Joël Gunzburger
Directeur de l’Onde